Trouver un endroit tranquille

Q: Ma mère a 92 ans, vit avec nous depuis 5 ans. C'est à l'époque où j'ai également commencé la prière de centrage. Il est si difficile de trouver le temps de s'asseoir dans le calme. Les gens sont là et maman a ses besoins. Pourtant, j'essaie. Je vais dans ma chambre et ferme la porte. Et essayez de couper le bruit. Ma question est la suivante : pouvez-vous vraiment vous centrer même si vous ne trouvez pas d'endroit calme dans votre maison ?

A: La réponse est un 'oui' catégorique !

Permettez-moi d'aborder votre question de différentes manières. Tout d'abord, vous vous occupez de votre maman de 92 ans depuis 5 ans. Il y a une citation de l'Écriture qui dit 'qu'une multitude de péchés sont pardonnés aux enfants qui ne dominent pas leurs parents dans la vieillesse.' Votre consentement à cette tâche vous met déjà en présence de Dieu d'une manière toute particulière. En répondant à ses demandes au mieux de vos capacités, vous consentez à votre transformation parce que vous vivez l'enseignement, « quoi que vous fassiez au moindre de ceux-ci, vous me le faites ». Au cours de cette période de 5 ans, vous avez été formé pour écouter divers sons qui vous donnent des indices sur ce qui se passe. Vous êtes en 'alerte' - rien ne va se passer sur votre montre. Est-ce vrai? Et Dieu merci, il y a des gens qui viennent lui rendre visite, plus les services qui viennent de la communauté locale, etc.

Lorsque vous entrez dans votre salle pour la prière de centrage, vous n'êtes pas seul, car toutes ces diverses obligations, pensées et attentes arrivent avec vous. Le défi consiste à les laisser à la porte – après vous être lié d'amitié avec eux. Ils (les sons) sont des occasions d'apprendre à lâcher prise. Cela signifie vivre la directive n° 3 de la prière de centrage : « chaque fois que vous vous engagez dans vos pensées, etc., revenez tout doucement à la parole sacrée. » C'est la ligne directrice « laisser aller, laisser Dieu ». C'est avoir confiance que Dieu sera présent, en particulier lorsque vous vous réservez le temps de prier. Rappelez-vous, nous sommes appelés au silence, pas au calme. Le silence est dans l'intentionnalité de consentir et de laisser aller et venir tous les bruits intérieurs. C'est l'endroit calme de votre chambre intérieure.

Je connais une personne qui a conclu un accord avec ses parents. Elle dit à sa mère qu'elle va dans sa chambre pour prier. Elle laisse une petite clochette à sa maman et lui dit de sonner s'il y a urgence, mais si ça peut attendre, elle promet de revenir dans 30 minutes. Cela a fonctionné pour elle, mais bien sûr, chaque situation est différente.

Lorsque vous êtes au service des autres, quel que soit leur âge, votre pratique de la prière et votre discipline transformeront ce qui semble être un travail en un service. Vous êtes capable de les aimer là où ils sont. Ma mère me disait : « Je fais du mieux que je peux dans les circonstances, malgré toi ! » Je peux vivre avec ça, surtout quand je réalise aussi que « je fais du mieux que je peux dans les circonstances , malgré elle. Cet échange ludique est devenu une plaisanterie permanente. C'était la réalisation de notre Divine Comédie ‚Ķ notre Divine Danse.

– Bénédictions,
Pr. Carl