Le charisme est-il un don ou une malédiction ?

 

Q: J'ai une question sur le charisme - j'ai entendu dire que cela peut être un don de l'Esprit mais je sais aussi que cela peut être un sérieux piège à l'ego (un certain gourou avec une flotte de limousines de luxe me vient à l'esprit). Quelle sorte d'énergie y a-t-il derrière le charisme ? Est-ce un don ou une malédiction ? Il me semble que le P. Keating a eu un peu de mal sur ce front à l'époque où il était abbé.

 

A: Merci pour votre question perspicace.

Comme pour presque tout le reste, le charisme n'est pas un "quelque chose" unique, mais plutôt une gamme énergétique. À une extrémité de la gamme se trouve l'être-radiance pure et sainte qui attire simplement par sa propre liberté et sa bonté. C'est le genre de charisme auquel les gens ont répondu en Jésus et tant d'autres grands saints et personnes saintes ; c'est le rayonnement de la pure sainteté elle-même. Dans ses dernières années, Thomas Keating rayonnait également ce genre de charisme la plupart du temps; plus il devenait simple – « moins Thomas était là » – plus le charisme pur de son Être réalisé brillait magnétiquement. Mais même pour Thomas, il a fallu un long cheminement de vie pour en arriver là !

À l'autre extrémité de la gamme, le charisme est «collant» - le magnétisme animal déformé d'un moi ego «en quête» de pouvoir et de gratification personnels. Ce charisme « magique » est fondamentalement vampirique : il aspire les gens, puis les aspire à sec. Gurdjieff l'a qualifié d'« abus du centre sexuel » avec raison ; qu'il y ait ou non des actes sexuels réels impliqués, vous pouvez toujours sentir ce courant sous-jacent de luxure à l'arbre de transmission de cette caricature démoniaque du charisme « sacré ». « Je ne serai pas impuissant ! il proclame. Vous avez bien raison de dire que c'est une malédiction, tant pour celui qui doit la supporter que pour ceux qui en souffriront.

Ce sont les extrêmes de la gamme. La plupart d'entre nous se retrouvent quelque part au milieu, coincés entre notre altruisme authentique et les peurs et les démons intérieurs qui nous repoussent derrière nos propres barricades. Nous avons tous du charisme à un certain degré, même si beaucoup d'entre nous préfèrent le garder bien caché sous le boisseau ! Mais alors que nous progressons courageusement vers la liberté - la libération de nos faux programmes personnels, la libération de l'attachement et de l'insistance, la libération de la suffisance - nous découvrons que la grâce elle-même, œuvrant tout au long de nos vies, transforme lentement notre charisme "collant" en charisme sacré, qui rayonne ensuite vers les autres comme le don de leur propre liberté.

Comme l'a si bien dit un jour Jean Gebser : « Celui qui est capable de mettre de côté le pouvoir est libéré de l'impuissance. Alors et là, le charisme se trouve entièrement purifié.

Que Dieu vous bénisse, Cynthia Bourgeault