Respecter le déchargement

 

Q: D'un prisonnier en isolement minimum : « J'ai travaillé sur la prière de centrage. Cela a commencé facilement. Pendant environ trois mois, cela se passait sans aucune résistance mentale ou physique. Maintenant, mon esprit tourbillonne de pensées qui défilent. Et mon corps n'arrête pas de bouger. S'il vous plaît donnez-moi quelques conseils ou aides pour cela. J'ai déjà les directives. Ils suffisaient au début. Maintenant, cependant, que dois-je faire une fois que les directives ont cessé de fonctionner pour moi ? Est-il acceptable de s'aventurer en dehors de la manière habituelle de faire la prière de centrage ? Mes expériences jusqu'à présent ont été paisibles. Dernièrement, cependant, très misérable.

A: Ce que vous décrivez est tout à fait normal - beaucoup d'entre eux vivent cela ! Après quelques mois de prière de centrage, à pratiquer encore et encore le lâcher-prise vers Dieu, certaines de nos défenses se relâchent un peu et du matériel sort de l'inconscient. Souvent appelé "déchargement de l'inconscient", cela peut se manifester par des larmes, de la colère, des peurs, de l'anxiété, etc. Le matériel inconscient peut être ancien et il n'est pas nécessaire d'essayer de comprendre de quoi il s'agit ou de raconter une histoire à ce.

Vous avez également découvert un trésor - vous remarquez le lien entre le corps et l'esprit alors que votre anxiété se reflète à la fois dans l'agitation physique et dans vos pensées qui défilent. Cela peut être une partie importante de votre prière, en remarquant les tensions qui surgissent dans votre corps et en les libérant sous forme de « pensées » ; qui sont tout ce qui vous distrait de votre intention de rester présent à la présence et à l'action de Dieu.

Une chose importante à surveiller est tout renforcement physique ou mental que vous pourriez ressentir lorsque vous constatez que l'anxiété monte pendant votre prière. Ce contreventement est aussi une pensée (encore une fois très normale ! ); et plutôt que de faire disparaître les sentiments inconfortables, il ne fait généralement que propager le problème. Thomas Keating a donné quelques conseils à ce sujet dans son livre Esprit ouvert, coeur ouvert:

"Une façon de gérer l'agitation intense, la douleur physique ou les émotions telles que la peur ou l'anxiété qui surviennent à de tels moments de déchargement est de se reposer dans la sensation douloureuse pendant une minute ou deux et de permettre à la douleur elle-même d'être votre mot de prière. En d'autres termes, l'un des meilleurs moyens de se débarrasser d'une émotion est simplement de la ressentir. Les émotions douloureuses, même certaines douleurs physiques, ont tendance à se désintégrer lorsqu'elles sont pleinement acceptées.

Plutôt que de le repousser, voyez si vous pouvez demeurer avec la difficulté que vous ressentez : remarquez-la dans votre corps et entourez-la d'une attention curieuse, douce et exploratrice. En vous donnant la chance de vous y enfoncer un peu, vous développez un rapport différent à la douleur, à tout ce qui se présente à vous, et à l'être humain, imparfait que nous sommes. Cela fait partie du consentement à la présence et à l'action de Dieu dans votre prière, exactement comme vous vous y trouvez. Il y a une telle grâce qui vient au milieu de tout cela, et cela approfondit votre confiance que Dieu vous soutient absolument à travers tout cela. Et bien sûr, vous connaissez les directives : lorsque vous constatez que vous le pouvez, vous offrez doucement votre parole sacrée et lâchez prise. Avec les sentiments les plus intenses, y plonger en premier peut faire toute la différence.

Je sais que cela peut être difficile à voir, mais c'est un moment tendre dans votre prière de centrage, un approfondissement de votre relation avec Dieu. Vous apprenez à renforcer votre muscle du lâcher-prise en vous entraînant encore et encore dans votre prière. Parfois, lorsque la prière semble agréable, nous nous accrochons subtilement à cela et aux idées de qui nous sommes et de qui nous pensons que Dieu pourrait être. La pratique que nous obtenons avec les pensées les plus inconfortables, que nous savons que nous voulons libérer, nous aide à renforcer ce muscle. Cela affecte toute notre vie.

Et il y a une autre chose, plus subtile mais très importante, qui en découle. Au fur et à mesure que nous pratiquons le lâcher-prise même au milieu d'un déchargement difficile, l'énergie que nous utilisons inconsciemment pour retenir les choses est libérée, et nous avons plus de liberté intérieure et plus d'énergie pour vivre la vie. En fin de compte, notre prière est une offrande à Dieu et au monde ; augmentant subtilement les fruits de l'esprit, imprégnant tout autour de bien des façons, visibles et invisibles.

Je prie pour que vous trouviez la force et l'encouragement pour continuer et persévérer dans ce précieux voyage, en vous rappelant que ce n'est pas nous qui prions, mais l'Esprit qui prie en nous. N'hésitez pas à écrire si vous avez d'autres questions.

Sincèrement,

Joie Andrews Hayter