Creuser un puits de présence dans la paroisse

par Amber Sturgess

Ces dernières années ont apporté des changements de paradigme majeurs dans nos institutions, y compris nos églises. Pendant la pandémie, bon nombre de nos paroisses ont dû fermer au public, en fonction des protocoles nationaux et locaux, et nous nous sommes efforcés d'apprendre de nouvelles technologies pour organiser des services de culte en ligne. Au cours des premiers mois de COVID, les sacrements ont été temporairement suspendus car nous ne savions pas comment le virus se transmettait. Lorsque les congrégations ont été autorisées à rouvrir, les personnes présentes devaient porter des masques, pratiquer la distanciation sociale et le chant en congrégation était soit restreint, soit interdit. Notre façon d'être une communauté de foi a été forcée de s'adapter à tous ces changements. En tant qu'église au milieu de ce flux continu, il y avait deux questions auxquelles je nous suis retrouvé à revenir encore et encore : premièrement, « que reste-t-il quand tout ce que nous savons est enlevé ? Et, deuxièmement, "Où trouvons-nous notre repos?"

À travers tout le chagrin, la perte, les restrictions individuelles et institutionnelles de ces deux dernières années, je suis tellement reconnaissante pour la pratique spirituelle et les fruits de la prière de centrage. J'ai particulièrement apprécié les pratiques quotidiennes consistant à lâcher prise dans la prière, à s'abandonner à l'amour du moment, à rester dans le présent plutôt qu'à s'attacher au résultat, à embrasser la solitude et le silence et à voir comment ces fruits nous relient à Dieu et à tous les êtres. La pratique de la prière de centrage est en soi la pratique de metanoia (Grec objectif = plus grand ; BNO = esprit) - l'abandon de nos fixations, de nos schémas de pensée habituels, de nos manières de réagir et de percevoir les choses afin que nous puissions réellement recevoir la réalité dans sa nudité et sa plénitude, non plus filtrée à travers le prisme de nos préjugés.

Au cours de mes vingt-deux années de pratique, j'ai vu comment la prière de centrage quotidienne a changé le monde microcosmique de mon moi individuel, de ma famille et des églises que j'ai servies. En tant que prêtre épiscopal, j'ai eu le privilège de diriger quatre paroisses et dans trois d'entre elles, j'ai commencé un groupe de prière de centrage au cours de la première ou des deux premières années de mon mandat. Dans les trois églises où un groupe de prière de centrage a été formé, j'ai commencé à remarquer des changements significatifs chez les personnes qui participaient et dans la congrégation après trois ou quatre ans de pratique. Ceux qui ont participé à la prière de centrage se sont adoucis, sont devenus plus ouverts au mouvement de l'esprit et ont développé un œil du cœur où ils ont commencé à voir ce qu'ils ne pouvaient pas voir auparavant. Dans l'ensemble des congrégations, les zones de conflit ont commencé à se résoudre et les individus se sont réconciliés. Ce qui semblait immobile et impossible est devenu mobile et possible, tout cela parce que quelques individus se sont ouverts à une pratique simple consistant à abandonner les pensées et à revenir à Dieu dans la prière silencieuse.

Comme de nombreuses églises ont été aux prises avec une baisse du nombre de leurs membres au cours des dernières décennies, nous avons souvent cherché des tactiques superficielles pour redémarrer l'église. Nous pensions que si nous essayions simplement une nouvelle méthode, ou si nous réorganisions, ou interagissons via les médias sociaux, ou développions une meilleure liturgie, ou formions un nouveau ministère de sensibilisation dynamique, nous grandirions (toutes ces tentatives sont vaillantes et parfois elles fonctionnent réellement temporairement) . Mais je n'ai pas encore participé à un atelier qui se concentre sur la formation spirituelle des individus par la pratique contemplative comme moyen de revitaliser l'église. Lorsque nous nous ouvrons à l'exploration de ces questions fondamentales, "Que reste-t-il lorsque tout ce que nous savons est enlevé?" et "Où trouvons-nous notre repos?" nous devenons vulnérables et un nouveau paradigme commence à émerger. J'ai observé que lorsque je suis prêt à m'abandonner à ces questions, la réponse qui se manifeste est "Présence". Si nos communautés de foi pratiquent le courage et la curiosité et la volonté de décoller les couches de l'Église institutionnelle - la structure organisationnelle, la liturgie, les traditions, les sacrements, la musique, la fraternité et la culture, nous redécouvrirons ce qui reste à la base, la présence même de Dieu. La présence est la raison pour laquelle nous nous rassemblons, mais nous n'en sommes peut-être pas conscients, au lieu de cela, nous nous concentrons sur tous les équipements extérieurs et nous manquons la chose même que nous recherchons.

La présence est le fruit principal de la prière de centrage. Lorsque nous pratiquons la prière de centrage, notre conscience spirituelle s'approfondit - une prise de conscience de "l'habitation divine" comme le père. Thomas a fait référence à l'activité dynamique de la Sainte Trinité en nous. Nous devenons également plus reconnaissants de la présence de Dieu en toutes choses - les gens, les plantes, les animaux, l'air, l'eau et la vie telle qu'elle se déroule en nous et autour de nous. Nous devenons plus conscients de nos obstacles internes au mouvement de l'esprit et nous découvrons des dons que nous ne savions pas que nous avions. Nous devenons de plus en plus attentifs à la présence vivifiante de Dieu et à la préciosité de ce moment présent. La pratique mène à la conscience de la Présence, la chose même dont nous avons besoin pour traverser ces temps difficiles. La meilleure façon de pratiquer est avec un groupe de personnes qui s'engagent à s'asseoir deux fois par jour en prière silencieuse.

Démarrer un groupe de prière de centrage peut parfois être difficile. Lorsque j'offre pour la première fois un atelier sur la prière de centrage dans une nouvelle congrégation, nous avons généralement trente à quarante personnes, mais lorsqu'il s'agit de la pratique quotidienne et du rassemblement hebdomadaire, il n'en reste que quelques-uns au début. Dans la paroisse où je sers actuellement, le premier atelier que j'ai proposé était plein à craquer. Tout le monde semblait enthousiaste, intéressé et voulait en savoir plus. Dans les semaines qui ont suivi le premier atelier, une poignée de personnes ont participé au groupe hebdomadaire de prière de centrage pendant environ un mois, puis personne n'est venu. Pendant une année entière, je me suis assis seul dans l'espace dans lequel nous avions choisi de nous rencontrer. Tous les jeudis à 5h30 j'allais à la chapelle pour méditer seul et tenir l'espace. Au début, je me suis senti découragé, mais j'ai réalisé que je creusais un puits de présence dans la paroisse. Après un an à siéger seuls, six personnes sont venues qui sont restées, et l'année suivante six autres personnes sont venues et sont restées, et finalement nous avons formé un groupe d'une vingtaine de personnes et généralement 10 à 12 personnes sont présentes à chaque réunion. Nous avons traversé de nombreux hauts et des bas à travers COVID, sur et hors Zoom et maintenant un hybride, et pourtant le groupe persiste, parfois petit puis en expansion, mais tout le monde reste connecté. Sur les six personnes qui se sont jointes pour la première fois, quatre d'entre elles sont en formation pour leur certification avec Contemplative Outreach pour devenir animatrices d'ateliers.

L'année dernière, j'ai été témoin d'un nouveau dynamisme et d'une nouvelle vision émanant des membres du groupe de prière de centrage (dont certains ne sont pas membres de l'église) pour renouveler la congrégation. L'énergie transformatrice de notre pratique se déplace visiblement dans notre église et dans la communauté au sens large. Il y a une conscience spirituelle plus profonde parmi les membres de l'église même si beaucoup ne pratiquent pas la prière de centrage, une acceptation de la simplicité et des limitations physiques, une attention aimante à ce qui reste après que beaucoup a été enlevé, et une volonté de se reposer et de redécouvrir qui nous sont chaque jour.

L'église a souvent essayé d'estimer son succès par le nombre de personnes qui assistent aux offices du dimanche, aux événements religieux ou aux groupes. Les gens sont quelque chose que nous pouvons compter. Cependant, nous ne savons pas mesurer l'approfondissement de la présence de Dieu dans la vie des gens ; nous ne pouvons que le constater. Dans le Nuage d'inconnu l'auteur place la Collecte de Pureté du rite Sarum en épigraphe au début de son manuel sur la prière. Voici une version contemporaine de la collecte : «Dieu tout-puissant, à toi tous les cœurs sont ouverts, tous les désirs connus, et aucun secret ne t'est caché : Purifie les pensées de nos cœurs par l'inspiration de ton Saint-Esprit, afin que nous puissions t'aimer parfaitement et magnifier dignement ton saint Nom ; par le Christ notre Seigneur. Amen.» Nous « magnifions dignement » le saint nom de Dieu lorsque notre conscience spirituelle s'approfondit et s'étend de sorte que nous devenons de plus en plus conscients de la présence de Dieu parmi nous. Notre augmentation de conscience magnifie littéralement la présence de Dieu afin que nous devenions présents à la présence qui a toujours été là. En ces temps incertains, puissent nos églises trouver un encouragement dans notre riche héritage de pratique contemplative. Puissions-nous redécouvrir la pratique de la prière de centrage et nous délecter du fruit de la présence toujours croissante de Dieu dans notre vie quotidienne.

+ + +

La révérende Amber Sturgess est un prêtre épiscopal, un directeur spirituel, un chef de retraite et un chercheur sur le chemin contemplatif. Elle aime faire découvrir aux autres le riche héritage de la tradition de la sagesse chrétienne. Amber est actuellement recteur de l'église épiscopale All Saints à Carmel-by-the-Sea, Californie, États-Unis.